à quoi servent les images?

L’écrivain Primo Levi, survivant d’Auschwitz, disait que la différence avec le monde d’hier – le monde des camps de concentration, le sien – réside en ce que, aujourd’hui, « n’importe qui peut savoir tout sur tout ».

Une journaliste française qui était en Tchétchénie, que le gouvernement russe fermait aux étrangers, avait caché un appareil photographique, elle a photographié ce qu’elle voyait : les blessés que les Russes avaient achevés dans les hôpitaux, les corps torturés… Les photos ne sont pas bien cadrées, on sent qu’elle se dépêchait et qu’elle avait peur. Cette femme était là. Ses photos témoignent où personne ne pouvait témoigner.
Aujourd’hui, sauf dans de rares cas, le spectacle de la souffrance nous parvient à distance, par le canal de la télévision ou des journaux.

Regardez ces deux photographies.
exemple1
exemple2

On a vu des photographies à peu près semblables encore et encore après le 11 septembre 2001, souvent la même video amateur en boucle, jusqu’à l’écoeurement

Je me souviens du 11 septembre 2001. J’étais entrée boire un café dans un bistrot et j’avais vu les clients qui regardaient ces images. Je m’étais dit : « encore un de ces ridicules films – catastrophe ! »
Qu’est-ce qu’une image montre, et qu’est-ce qu’elle ne montre pas ? Qu’est-ce qu’une image peut montrer ?
L’élan de solidarité après le tsunami du 26 décembre 2004 dans le sud-est asiatique (280 000 morts) n’a peut-être été si important que parce qu’il y a eu des images dans une région touristique. Le tremblement de terre au Pakistan qui a fait au moins 90 000 morts le 8 octobre 2005 n’a pas eu cette chance. Mais assez avec cette comptabilité macabre. On voit souvent des images de violence. Je me demande si une image ne chasse pas la précédente. Une accumulation d’images, ou leur répétition comme lorsqu’on revoit sans cesse les mêmes images des deux tours de New York en feu, finit par affaiblir le pouvoir qu’elles ont de nous indigner. Jusqu’à quel point le spectacle de la souffrance à distance, par médias interposés (la télévision, les journaux), est-il moralement acceptable ?

Un commentaire pour à quoi servent les images?

  1. Koara dit :

    Bonjour!..C vraiment triste à voir, surtout quand on voit une personne en train de secouer quelque chose de la fenêtre, pour signaler qu’il a besoin d’aide immédiats,..en voyant ça je me suis dit, mais pourquoi y a pas des hélicos qui sont pas partis les aider c pauvres gens là, ça aurait éviter des morts pour sûr!..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :