la réalité et la fiction

J’étais en vacances en Suisse, je viens de rentrer en France à cause de la pluie, les enfants devenaient insupportables, et j’avoue que j’ai un peu oublié ce blog, tout juste si je me suis connectée de temps en temps pour voir ce qui se passait. Ici aussi il pleut, et les enfants sont à cran.
Je me suis d’abord demandé « en quoi ça les concerne ? » avant de mettre cette vidéo sur Image&Action. Et puis j’ai décidé qu’il fallait que ceux qui sont intervenus sur ce blog depuis quelques semaines la voient eux aussi.
Aujourd’hui, je me dis que je l’ai fait parce que cette vidéo ETAIT LÀ, c’est tout.
Cette vidéo nous a toutes et tous retenus, soit parce que les uns disaient qu’elle était un faux, soit parce que les autres y reconnaissaient des traits véridiques comme « terpiekje ».
Maintenant, quelque chose de nouveau à propos de cette vidéo vient de se produire qui rend nos anciens commentaires inutiles.
Une internaute vient de se manifester, Monique Biesebrouk m’ayant écrit que la publication de son nom lui était égal je ne vois pas de raison de ne pas le mentionner ici.
Monique Biesebrouk est tombée par hasard sur ce blog, elle a reconnu le garçon sur la vidéo : il a été au centre d’un fait-divers qui s’est passé il y a quelque temps près de chez elle en Belgique. Ce garçon a en effet accompli ce qu’il raconte dans sa vidéo. Pour protéger la vie privée de ses deux sœurs et de sa tante (le père était déjà mort), je n’apporterai pas d’autres précisions pour le moment sur le lieu et le moment de ce matricide. Monique Biesebrouk a ajouté qu’elle croisait régulièrement le garçon avant le drame, toujours poli, pas renfermé mais plutôt discret.
Ce nouvel épisode nous engage à voir ces images d’un œil nouveau. Il n’y a aucune forfanterie, aucune haine dans le ton du garçon, il ne porte aucune accusation contre sa famille ou contre le monde entier. Je me demande pourquoi il a éprouvé le besoin de tourner ces images, de se construire comme une fiction, à partir de ce moment atroce de réalité. Et c’est ce que j’y vois de plus énigmatique, cette tentative de dire, mais quoi ?

7 commentaires pour la réalité et la fiction

  1. Monique Biesebrouk dit :

    (…) J’ajoute à ce que vient d’écrire Helena que je n’ai pas bien suivi ce qui s’est passé ensuite judiciairement ou autre. Sur le moment, on en a parlé et puis on n’a plus su ce qui lui était arrivé. Je sais seulement que la maison où ça s’est passé a été vendue depuis et qu’elle est vide à présent, c’est ce que j’ai pu constater en passant devant ce matin car j’avais oublié cette histoire. Les deux sœurs seraient parties habiter chez leur tante. Le garçon a été interné dans un hôpital psychiatrique après des péripéties juridiques. (…)

  2. Tullio di Mauro dit :

    Je suis comme saint Thomas, j’y croirai quand je verrai le garçon devant moi et que je saurai vraiment ce qu’il en est. Est-ce que Monique Biesebrouk est sûre et certaine que le garçon qui a tourné la vidéo est le même que celui du fait-divers.

  3. Zebu dit :

    Il y a quelque chose de malsain dans votre désir à tous de vous pencher sur ce cas. Le matricide c’est le pire des crimes et ce n’est pas chez les autres, c’est en soi même qu’il faut chercher les racines du mal.

  4. Monique Biesebrouk dit :

    Monsieur Tullio di Mauro me prend sans doute pour une demeurée. Bien sûr mon mari et moi étions loin d’être des intimes de cette malheureuse famille, mais j’ai parfaitement reconnu le garçon sur sa vidéo et je l’ai croisé pendant au moins cinq ans dans les rues ou dans les commerces de notre ville.

  5. Marieke dit :

    Pour répondre à Zébu, je ne crois pas que notre intérêt exprimé par beaucoup de ceux qui interviennent sur ce blog soit « malsain ». J’ai trois enfants, deux fils et une fille, plus de mari et à présent du temps pour me promener sur internet et si je me suis sentie concernée, c’est parce que l’un de mes fils a à peu près l’âge du garçon au moment du drame. Pourquoi ça a tourné ainsi pour ce garçon et pourquoi le mien me paraît plutôt équilibré et que notre relation est basée sur la confiance ? C’est ça qui me tourmente et qui me pousse à y voir de plus près.

  6. John Doe dit :

    I’m writing this at Ozzie’s where I’m preparing my classes for the fall semester at NYU. I’m going to continue with my students and the kids in Flatbush the work started last year on the danger of video games, and will send you news about this here on the blog.
    Ozzie’s is at the corner of Garfield Place and 5th Ave. and since the winter I’ve been intrigued by a group of dogs who gather just in front of Brooklyn Kitchen and Baths. People chase them away, but they come back every morning at the same time. They look like strays – skinny and uncared for and I wonder why the city health services don’t do something about this.

  7. Morton Garrett dit :

    Ce n’est pas parce que je n’interviens guère sur votre blog que je ne suis pas un observateur de ce qui s’y passe. On a passé un certain temps à se demander si cette vidéo était vraie ou fausse, je veux dire si le garçon avait réellement fait ce qu’il racontait. Maintenant que nous partons de l’hypothèse que c’était vrai, j’aimerais tout simplement comprendre pourquoi il a fait ça, pas seulement l’acte mais aussi la vidéo. Qu’est-ce qui l’a poussé.
    Il y a aussi quelque chose qui me dérange : il a commis son acte à la fin de cet hiver, comment ça se fait que sa vidéo émerge seulement maintenant ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :