dimanche (Brooklyn, New York)

ozzies1.jpg

Nous avons décidément fait d’Ozzie’s notre cantine (thank you, Rachel, for your fotos !). Ce matin, comme d’habitude, les chiens se sont rassemblés devant Brooklyn Kitchens & Baths, John Doe a noté qu’ils ont pris un peu de retard à la suite d’un incident qui a plongé Margaret dans une sorte de terreur.
Il était 09:30 – les chiens étaient tous là – quand un motard est passé. Immédiatement cinq ou six des chiens lui ont couru après en essayant de le mordre. La chienne jaune en a sévèrement corrigé deux et tout est rentré dans l’ordre. Mais Margaret était blanche. Elle a murmuré quelque chose, et sa voix tremblait. Mauro a demandé quelle langue elle parlait, si c’était du grec, si elle parlait grec. Elle a cité :
Χτες το βράδυ είδα έναν φίλο
σαν ξωτικό να τριγυρνά
πάνω στην μοτοσυκλέττα
και πίσω τρέχανε σκυλιά
« J’ai vu un ami errer comme un esprit sur la moto et des chiens couraient après lui. » C’est une chanson de Sotiria Bellou, une magnifique chanteuse de rebetiko morte en 1997 dans la pauvreté et l’oubli, lesbienne, rebelle, engagée dans la Résistance.

Nous ignorions que Margaret était d’origine grecque.
Mais cet incident a rappelé à Elena la phrase prononcée par le gamin à l’hôpital psychiatrique des Marronniers à Tournai. Nous avons réécouté dix fois l’enregistrement nettoyé par un technicien de la RTBF. Il ne fait aucun doute qu’après avoir crié, en faisant tomber derrière lui chaise et table comme pour mettre des obstacles entre eux et lui, « les chiens ! les chiens ! » le gamin a dit d’une voix qui n’était pas la sienne : « prends bien garde aux chiennes de ta mère ».
Cette phrase, Elena la recherchait en vain dans sa mémoire. C’est là qu’elle s’est rappelé : cette phrase, c’est le vers 914 de l’Orestie d’Eschyle, des Choéphores plus exactement, la 2e tragédie de la trilogie. C’est l’avertissement que lance Clytemnestre à son fils Oreste qui s’apprête à l’égorger.
Elena veut rentrer en Europe le plus vite possible. Le gamin n’a pas fait d’études très poussées, il avait des difficultés à l’école, conséquences d’une vie familiale chaotique avant puis après la mort du père. Elena veut donc revenir à Tournai et apprendre du gamin où il a pu lire ou entendre cette phrase. Certainement pas à la télévision.
Morton Garrett veut rentrer lui aussi, je crois avoir dit qu’il a des problèmes avec son fils.
Mauro nous étonne une fois de plus : il veut lui aussi revenir en Europe après être passé chez lui à Montréal ; il a quelques moyens et son travail ne recommence pas tout de suite, et surtout il veut avoir des preuves ou que cette histoire est truquée, ou qu’elle est véridique.
Margaret a bien compris la phrase du gamin, elle savait bien qu’il s’agissait d’un vers d’Eschyle. Pourquoi n’a-t-elle rien dit ?
Nous prenons congé de John Doe désolé que nous partions si vite. Il va continuer à tenir à jour la comptabilité et l’horaire des chiens.
MB

3 commentaires pour dimanche (Brooklyn, New York)

  1. midnite dit :

    c’est pas parce qu’on dit rien qu’on suit pas

  2. terpiekje dit :

    Je reconnais qu’il y a une coïncidence temporelle entre deux séries d’événements distants de plusieurs milliers de kilomètres que rien ne paraît réunir. Intellectuellement, je refuse d’ajouter foi à cette hypothèse invraisemblable selon laquelle des chiens qui seraient des Erinyes vengeresses sorties de l’Orestie d’Eschyle font 5900 km entre Brooklyn et Tournai en une fraction de seconde pour aller mordre un patient dans sa chambre d’hôpital psychiatrique. Tout ça est ridicule. J’ai consulté un spécialiste du comportement animal qui a observé les meutes de chiens errants à Bucarest et à Moscou. De tels rassemblements sont monnaie courante. La femelle jaune est la chef de meute et les arrivées successives doivent répondre à une hiérarchie même si la régularité temporelle est en effet relativement troublante. Ces chiens ne sortent pas de nulle part ? Ils doivent bien avoir un tatouage, un collier, quelque chose qui permette de les identifier. Je prie Elena de me mettre en contact avec « John Doe » afin qu’il me communique ses tablettes d’arrivée et de départ depuis le mois de mars.

  3. Marieke dit :

    Hier, je suis allée au marché, j’ai acheté des légumes (ils sont moins beaux qu’au supermarché mais sans pesticides cancérigènes) et j’ai cru le voir, le gamin du film, il fouillait dans une poubelle, il a vu que je le regardais, il s’est enfui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :