jeudi 6, sur l’Euripe (Grèce)

euripe.jpg

Toujours pas de nouvelles de Morton Garrett. Il n’a pas dormi dans sa chambre d’hôtel. Elena parle de prévenir la police, puis va se baigner à Nauplie. Mauro, qui ne supporte pas le soleil, reste enfermé dans sa chambre, tous volets fermés.
Dans les ruines de Mycènes, Diamandis Kavvadias guide un groupe de touristes français braillards. Cela fait deux jours qu’il n’a plus vu le gamin.
Ce soir, au Théâtre l’Oriental de Vevey, sur les bords du Lac Léman, aura lieu la première de « Du rouge dans les yeux », cette pièce qui prend pour objet cette quête d’un gamin meurtrier évanoui sur cette vieille terre. Avant-hier, j’ai envoyé à la Compagnie de l’Organon une fin possible.
Elena referme Harry Potter d’un geste sec et dit que la fin est exactement ce qu’elle avait prévu, puis ajoute en me regardant dans les yeux : « on ne peut pas vivre dans ce pays, ce pays ne parle que du passé, et son passé, son passé pour les touristes, il ne le connaît même pas. » Maintenant elle mouille son doigt, gratte soigneusement sur son mollet pour libérer les poils couchés par un récent rasage, elle se tait.
Il y a quelque chose d’absurde à être là, sur les bords de l’Euripe, tandis que d’autres, en Suisse, jouent le rôle de ces quatre dont je ne suis même pas sûr de connaître les véritables noms, sans compter ceux qui les suivent et dialoguent avec eux de loin, à regarder le courant couler tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre, à la poursuite d’un gamin fantôme qui, peut-être simplement parce que nous sommes là, s’est mis à ressembler à Oreste.
MB

borddeleuripe.jpg

Un commentaire pour jeudi 6, sur l’Euripe (Grèce)

  1. Igor Futterer dit :

    St. Petersburg-7-9-07

    En visite des vestiges de la cité impériale, on m’a parlé des faits que vous mentionnez dans votre blog. Fortement interpellé, je me permets donc de vous adresser les commentaires suivants, car la chose est d’autant plus troublante quand je l’associe aux faits que l’on m’a rapportés et que je vous fais suivre. Dans le journal Izvestia on relate ce fait divers dans la périphérie de la ville de Mourmansk. Un individu ordinaire sans aucun précédent a été interpellé suite à une rixe entre voisins de quartier pour le motif suivant : il a abattu « par erreur » le chien d’un des ses voisins. Motif : la dite personne été exaspéré par un rassemblement de chiens errants, celui-ci se produisait toujours au même endroit et à la même heure. Le caractère agressif des animaux, lors de son passage journalier, l’on conduit au bout de quelques jours à vouloir les en chasser en éliminant l’un spécimen, de préférence celui qu’il prenait pour le leader. Malheureusement, la bête supprimée, ce trouvait être l’animal de compagnie d’une personne du quartier. La rumeur ayant fait son travail, celle-ci a débouché sur altercation violente mais sans conséquence. Le fait marquant de ce fait divers tient à l’élément suivant, les regroupements de chiens du passage Portovy et de la rue Tuloma ont débuté à une période similaire à celle que vous décrivez pour les Etats-Unis… Les radiations des sous-marins nucléaires, qui se fossilisent dans la rade peut-être?…
    IF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :